• Français

Revues de presse

L'incubateur MonacoTech fait régulièrement parler de lui dans la presse locale et internationale : voici une série de coupures de presse et d'articles qui retracent son actualité.

« La Principauté de Monaco se dote des outils pour accompagner la mutation de son économie »

Jean Castellini, ministre des Finances et de l’Economie et conseiller du Gouvernement princier détaille la politique d’évolution d’une économie monégasque confrontée à la désindustrialisation.

Comment contrer la désindustrialisation ?

Au pire de cette crise entre 2014 et 2015, nous avons enregistré la perte de plus de 15% de l’emploi industriel en Principauté avec le départ de Sofamo Biotherm, Theramex, Monachem, Borgwarner ou Robertshaw/Invensys. La fermeture de Foreplast reflète la réduction d’activité du groupe Mecaplast entamée dès 2014. La plupart de ces entreprises ont vu leur pouvoir de décision échapper à leurs racines monégasques. Aussi l’accompagnement des entreprises reste l’une des priorités du Gouvernement avec la Direction de l’Expansion Economique qui effectue une veille pour leur apporter des réponses avec des professionnels comme les banques. Nous avons créé des outils de financement et de soutien à l’investissement avec bonification d’intérêts, le Fonds de Garantie, le Fonds Monégasque à l’Innovation, le Fonds Eureka, l’aide à l’exportation ou à la commercialisation… Nous étudions la mise en place d’un Fonds d’Investissement dédié à la gestion de la croissance, à la transmission d’entreprises et au financement des startups.

Quels types d’activités pour demain?

Il est illusoire de penser que Monaco puisse renouveler son tissu industriel tel qu’il s’est constitué depuis soixante ans. Le manque d’espace pour la production et la logistique est dissuasif. La Principauté doit accompagner la mutation en attirant des activités compatibles à ses contraintes. L’Observatoire de l’Industrie -avec le cabinet Katalyse- a déterminé la nouvelle typologie d’entreprises propres à régénérer notre tissu industriel avec des activités liées à l’ingénierie, au prototypage ou aux tests. Nous regardons aussi du côté de l’industrie de l’image, de la 3D, les télécommunications, la modélisation informatique ou les objets connectés. Il y a également des perspectives dans les secteurs du milieu marin, de l’environnement, des biens de consommation de luxe, du secteur médical/santé. Nous nous focalisons sur les entreprises à valeur ajoutée en matière grise.

Justement, quels premiers résultats côté MonacoTech ?

En sélectionnant des sociétés et en les aidant à leur ancrage dans le tissu économique local, MonacoTech démontre qu’une vision de l’accompagnement des startups basée sur le qualitatif était possible en Principauté. En 2018, les 12 sociétés suivies par l’incubateur ont généré près de 4M€ de chiffre d’affaires pour 27 emplois créés. Quatre nouvelles sociétés ont rejoint le programme en juin. Une prochaine réunion des partenaires du 06 -comme le CEEI- est programmée début 2020.

Comment faire évoluer l’économie monégasque ?

L’économie de la Principauté repose sur des piliers tels que le tourisme, l’immobilier ou l’activité bancaire. Le défi est de conserver une économie diversifiée qui s’adapte, à l’image de la SBM qui a rénové l’Hôtel de Paris et créé One Monte-Carlo. De nouveaux secteurs vont prospérer grâce au tournant numérique, faisant de la Principauté une véritable smart country, synonyme d’attractivité accrue, de création d’emplois et de richesse pour le pays.

Quelles relations économiques avec les collectivités françaises ?

La Direction de l’Expansion Economique participe aux réunions mensuelles avec le Département et la Région. La convention en vue de la réouverture de la bretelle de Beausoleil en est un exemple. Les interactions sont quotidiennes, via les dizaines de milliers de salariés qui viennent travailler en Principauté. Le défi est de faciliter les transports entre Monaco et les communes voisines. A ce titre, notre participation dans la société aéroportuaire Nice Côte d’Azur est un témoignage parlant.

Lire l’article : Tribuca

Q&A