• Français

Revues de presse

L'incubateur MonacoTech fait régulièrement parler de lui dans la presse locale et internationale : voici une série de coupures de presse et d'articles qui retracent son actualité.

MonacoTech séduit par l’esprit de « The Family »

Mardi 1er octobre, MonacoTech, l’incubateur de startups, a accueilli pour une journée d’échanges et de conférences deux « confrères » prestigieux en la personne de Mathias Pastor et Oussama Ammar, dirigeants de « The Family ».

Créée en 2013, cette entreprise paneuropéenne fournit aux startups de son portefeuille de l’accompagnement, des services et en contrepartie entre à leur capital. Comme l’explique Oussama Ammar, cofondateur et directeur : « nous avons vocation à entrer dans des entreprises et à y rester, notre rôle est ainsi d’éduquer, de soutenir et de protéger ».

Depuis six ans, « The Family » a accompagné près de 600 startups, 275 sont toujours actives, 10 ont désormais dépassé les 100 M€ de valorisation.

À l’initiative du Directeur de MonacoTech, Fabrice Marquet, la matinée a été consacrée à un échange entre Mathias Pastor et un panel d’entrepreneurs, dont bien sûr les startups hébergées in situ, et d’étudiants de la Principauté, curieux d’identifier avec lui les erreurs communes que tout créateur d’entreprise fait dans les premiers moments déterminants de son parcours entrepreneurial.

En fin de journée, ce fut au tour de Oussama Ammar de présenter sa vision sur le retour d’expérience de « The Family » devant une audience plus institutionnelle et économique au premier rang de laquelle on notait la présence de Frédéric Genta, Délégué interministériel en charge de la Transition Numérique.

Ouassama Ammar a particulièrement insisté sur la vocation de l’entrepreneur : « Il faut se convaincre de certaines vérités, les entrepreneurs existent souvent parce qu’ils n’ont pas eu d’autres choix que de créer pour s’en sortir, toujours portés par un vent de liberté. Leur qualité première est de se rebeller contre l‘état statique de la société en général. Cela a toujours existé, la différence aujourd’hui est la vitesse de ce développement qui créé un choc, à l’exemple d’Uber. Enfin, le rapport à l’argent a changé. Il devient plus compliqué car tout devient de moins en moins cher à créer mais s’avère de plus en plus dur à lancer ».

Retrouvez l’article : Gouvernement Princier

Q&A